Jean-Claude Van Johnson

Jean-Claude Van Damme a une place toute particulière dans mon petit coeur de cinéphile. J’ai grandi avec BloodsportKickboxerUniversal SoldierTimecopStreet Fighter ou encore Mort Subite. J’ai usé les VHS de ces films à force de les regarder et je place sans problème JCVD aux côté de Son GokuVegeta, Riggs, Murtaugh, Nicky Larson ou Indiana Jones dans la longue liste des héros de mon enfance/adolescence.

Bien sûr à la fin des années 90, début des années 2000, comme tout le monde, j’ai ri de ses interventions télé hallucinées et même si depuis sa carrière se passe, à quelques exceptions prêts, du côté des direct-to-dvd fauchés, je garde beaucoup d’affection pour ce mec. Alors forcément, une série dans laquelle il joue plus ou moins son propre rôle ne pouvait qu’éveiller ma curiosité et me laisser espérer de belles choses.

Le premier épisode de Jean-Claude Van Johnson a été diffusé sur Amazon Prime Video en août 2016. J’avais été légèrement déçu par ces 30 petites minutes. Je n’étais pas du tout rentré dans le délire mais puisque l’intégralité de la saison, 6 épisodes, est disponible depuis décembre dernier (2017), j’ai voulu redonner une chance à la série. Jean-Claude méritait bien ça en remerciement de toutes ces merveilleuses bastons qu’il m’a offert et j’ai bien fait.

Johnson à la gloire de Van Damme

Jean-Claude Van Damme, ancienne star du cinéma d’action des années 80-90, est aujourd’hui à la retraite. Après avoir croisé par hasard Vanessa (Kat Foster), ancienne partenaire et ancien amour, il décide de revenir sur le devant de la scène. Pas en tant qu’acteur mais en tant que Johnson, espion à la solde d’une agence gouvernementale secrète. Les tournages de ses films n’étant en réalité que des couvertures pour lui permettre de mener à bien ses différentes missions.

Van Damme trouve avec cette idée, digne des meilleurs et des pires films d’espionnage, l’occasion parfaite pour se moquer de sa carrière et de lui-même. Si l’acteur fait preuve d’auto-dérision, la série n’en reste pas moins une oeuvre entièrement dédiée à sa personne et elle ne s’en cache pas. Pour l’apprécier pleinement, il faut aimer Jean-Claude. Entre les reconstitutions d’anciens tournages, d’anciens looks avec une simple perruque, ou des bouts d’histoires reprises de ses films, les références à sa carrière sont nombreuses et pour ne pas être totalement largué, il vaut mieux les avoir.

Cela ne veut pas dire pour autant que vous êtes prêt pour les délires de Jean-Claude Van Johnson. La série part vraiment très loin au risque de perdre en chemin bon nombre de spectateurs. Les situations et l’histoire vont au delà de la simple parodie pour partir dans le WTF le plus total avec des séquences absurdes au possible.

Je suis assez difficile en la matière et c’est typiquement le genre de choses qui peuvent rapidement me faire décrocher mais là, je me suis éclaté à regarder cette série. Mon amour pour le spécialiste du grand écart y est sans doute pour beaucoup mais pas seulement.

Au delà du méta

Entre la grosse parodie et les références métas, JCVJ parvient à amener aussi une pointe d’émotion. Van Damme montre, comme il l’avait déjà fait dans le film JCVD, qu’il sait jouer autre chose que les gros bras et derrière l’humour souvent débile, il y a une réflexion sur le monde du cinéma et le fait de vieillir. Voir Jean-Claude, à côté de ses pompes, essayant de rester jeune et de prouver qu’il peut encore le faire, fait presque mal au coeur. La ligne entre la réalité et la fiction est bien trop fine. Heureusement, tout ceci fait parti de l’introspection nécessaire au personnage ou à l’acteur, je ne sais plus, pour évoluer et s’accepter.

Jean-Claude Van Johnson se révèle donc être une incroyable bonne surprise. Je le redis mais je me suis vraiment éclaté devant cette série improbable et la seule chose que je regrette est de voir qu’Amazon l’a directement annulé alors que la dernière scène du show teasait une seconde saison encore plus folle.

Enfin mention spéciale pour le faux film sur lequel Van Damme travaille dans la série, une adaptation en film d’action du roman Les Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain avec JCVD dans le rôle de Huck et une jolie blonde dans celui de Tom Sawyer. Fabuleux !

[Cet article est identique à celui que j’avais écrit en début d’année pour Pop Fixion. Le site n’existe plus mais je suis assez fier de ce texte, c’est pour ça que je le republie ici.]

Une réflexion au sujet de « Jean-Claude Van Johnson »

  1. patate des Ténèbres

    Une très bonne surprise que cette série, JCVD a bien évidemment un gros capital sympathie, et cette approche douce-amère de lui-même, comme dans le film, montre bien en effet son évolution. Beaucoup de répliques cultes au fil des trop peu nombreux épisodes, et un scénario n’importe-nawak, c’est très bon!

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s