Fleabag – Saison 2

L’avantage de découvrir des séries longtemps après tout le monde est que je n’ai pas eu à attendre trois ans entre les deux saisons de la géniale Fleabag et j’ai pu voir l’intégralité des 12 épisodes (c’est beaucoup trop peu) de la série en à peine une semaine.

Maintenant, qu’est-ce que je vais bien pouvoir vous dire dans cet article que je n’ai pas déjà dit dans celui sur la saison 1 ? L’écriture, la mise en scène, Phoebe Waller-Bridge et Sian Clifford sont toujours aussi fabuleuses. L’humour et les regards caméras de Fleabag fonctionnent toujours aussi bien. Je pourrais presque copier-coller ma critique précédente.

Il y a tout de même une petite différence qui fait justement toute la différence. Le premier épisode de la saison introduit de manière brillante un petit nouveau dans cette galerie de personnages plus dingues les uns que les autres, le fameux Hot Priest joué par Andrew Scott. Dès le départ, Phoebe Waller-Bridge l’annonce, il s’agit d’une histoire d’amour et déjà pour le spectateur c’est une évidence, on ne peut qu’aimer ce personnage aussi drôle et vulgaire qu’elle. Puis l’alchimie entre les deux est incroyable.

De sa présence découle toute l’intrigue de la saison. Alors que dans la saison 1, on suivait simplement la vie de Fleabag sans qu’il n’y ait réellement de fil rouge, cette fois la série nous offre une histoire en se focalisant sur la relation qui se crée entre elle et le prêtre. Prêtre qui au passage est là pour marier son père et sa future belle-mère. La préparation du mariage étant l’autre histoire que nous suivons tout au long de la saison.

D’ailleurs, je vous avais dit à quel point Olivia Colman était géniale dans ce rôle de belle-mère souriante et désagréable à la fois mais je n’avais même pas évoqué Bill Paterson que j’aime énormément en père de Fleabag. Toujours en retrait par rapport à sa future femme, incapable de véritablement exprimer ses sentiments, souvent gênant et ne disant pas toujours ce qu’il faut. Il est très drôle mais j’aime particulièrement la relation qu’il a avec sa fille, il y a une certaine complicité et de la tendresse entre eux.

C’est très joli à voir. Notamment dans le dernier épisode.

La série continue d’aborder avec humour et talent des thématiques fortes, la dépression, la solitude, les problèmes familiaux ou de couple au travers de Claire, auxquelles se rajoute donc les croyances et la morale. Oui, ça va un peu plus loin que la simple provocation « vouloir coucher avec un prêtre ».

Petite surprise, l’exercice de style consistant à briser le quatrième mur devient une part intégrante de l’histoire, Hot Priest étant le seul à s’apercevoir des absences de Fleabag lorsqu’elle s’adresse à nous. Il y a peut-être un parallèle à faire avec la foi ou la solitude du personnage. Finalement, à qui s’adresse-t-elle réellement ? Dans tous les cas, c’est génial. Je sais, j’utilise beaucoup ce mot mais je ne vois pas comme mieux décrire la série.

Toujours aussi drôle c’est une évidence, Fleabag est aussi toujours aussi touchante et triste. Peut-être même plus encore qu’en saison 1. Le passage d’un registre à l’autre m’a paru plus brutal dans certains épisodes. Plusieurs fois, je ne savais plus trop si je devais rire ou pleurer. Je pense à la séance chez la psy qui appuie là où ça fait mal. Mais le pire et donc le meilleur se joue clairement entre la confession et ce que dit Fleabag dans cette scène lorsqu’elle devient sérieuse (je me suis un peu trop senti concerné par ce texte) et la toute fin de la série.

C’est fou de voir à quel point elle tape juste à chaque fois que ce soit dans les moments de pure comédie ou ceux d’introspection, de mal-être et de tristesse. C’est très certainement pour cette raison que Fleabag me restera longtemps en tête.

Repenser au dernier regard qu’elle nous lance me donne déjà envie de revoir la série.

Note : 5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s