Seis Manos – Saison 1

J’ai l’impression que cette série animée créée par Brad Graeber (qui a travaillé sur Castlevania, une autre production Netflix/Viz Media) et Álvaro Rodríguez (scénariste sur la série From Dusk Till Dawn) et sortie début octobre n’a pas intéressé beaucoup de monde. Faut dire aussi que Netflix France n’a pas pris la peine de beaucoup la mettre en avant.

Le trailer qui spoile pas mal m’avait bien tapé dans l’oeil avec cette promesse de mélanger cartels, rituels satanistes (pas sûr que ce soit le bon terme pour parler des rituels mexicains liés à la mort), monstres, sang et arts martiaux dans le Mexique des années 70. J’ai donc assez vite regardé les 8 épisodes de 25-30 minutes et c’était plutôt cool.

L’histoire, le mélange des genres, les personnages flirtant gentiment avec les stéréotypes du genre (le vieux maître asiatique, l’agent de la DEA afro-américain, le boss du cartel, etc.) et même l’animation se la jouant vieilles pellicules de films avec tâches et rayures renforcent l’aspect Série B d’exploitation et Grindhouse typiques des années 70-80. Pour rester fidèle à ses inspirations, la série est classée 18+ car très violente. Il y a du sang, beaucoup de sang parfois, des membres qui craquent, qui sont arrachés, des têtes découpées ou explosées. C’est pas là pour faire dans la dentelle, ça y va à fond et c’est tant mieux. Alors forcément si on est habitué à ce type de cinéma, on sera en terrain connu et on pourra apprécier Seis Manos (ce qui est mon cas), sinon ça risque d’être plus compliqué.

La série offre beaucoup de bonnes choses : un très bon trio principal avec chacun.e son propre style de combat (c’est d’ailleurs toujours agréable d’avoir un pratiquant de la technique de l’homme ivre), une bonne chorégraphie niveau combats, des personnages féminins qui ne sont pas réduits aux simples rôles de love interest ou de demoiselles en détresse, le casting vocal (Mike Colter, Danny Trejo). Parfois, il y a bien quelques soucis au niveau de l’intrigue et quelques lenteurs notamment au début mais ça ne gâche rien.

Le seul point négatif qui m’empêche de mettre une meilleure note à Seis Manos est que cette saison 1 me donne la même impression que la saison 1 de Castlevania, celle d’avoir vu une longue introduction aux personnages et à l’univers qui s’arrêtait pile quand les choses devenaient vraiment intéressantes.

Note : 6.5/10

2 réflexions au sujet de « Seis Manos – Saison 1 »

  1. LaGeekosophe

    J’avais plutôt bien apprécié cette série, même si elle est perfectible ! Je l’ai trouvé rafraîchissant le mélange de différentes éléments à la fois familiers (kung-fu, mafia…) et plus inhabituels (tout ce qui a trait à la culture latino-américaine). Je suis contente de voir que d’autres gens l’ont regardé 😉

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s